Les merveilleux bienfaits de l’allaitement

25 février 2021 | Maternage

Allaitement maternel

Tout ce que nous faisons pour notre enfant sans attentes et sans conditions, nous le faisons aussi à nous-mêmes.

Sophie Guedj Metthey

L’allaitement maternel constitue l’un des principaux piliers du capital santé du bébé. Non seulement il est primordial pour son bon développement, mais aussi pour son équilibre émotionnel et sa relation avec sa mère. Plus étonnant, l’allaitement est également essentiel pour la santé des mamans !


Les bienfaits de l’allaitement pour votre bébé

L’allaitement, une alimentation parfaitement adaptée

Le lait de sa mère représente l’alimentation parfaite du nourrisson, c’est son aliment spécifique car il est totalement adapté à sa physiologie et à ses besoins ! De plus il est donné cru, ce qui lui préserve toutes ses qualités. Le lait maternel est ainsi une alchimie unique impossible à reproduire, très différente de celle du lait de vache.

Les merveilleux bienfaits de l'allaitement

Il se compose de plus de 200 éléments qui favorisent la croissance optimale du bébé et de son système nerveux :

  • Des acides gras essentiels au bon développement du cerveau et de la vision
  • Des glucides
  • Des protéines faciles à digérer et à assimiler
  • Des sels minéraux, dont le fer
  • Des vitamines, dont la vitamine C
  • Des enzymes
  • Des hormones et des facteurs de croissance qui stimulent la croissance et le développement du système digestif et du système immunitaire
  • Des anticorps et des molécules anti-microbiennes
  • Des cellules vivantes qui protègent le bébé des infections et qui stimulent son système immunitaire.

De plus, la composition du lait se modifie au cours de la tétée : au début désaltérant et essentiellement composé d’eau, de sels minéraux, de petites protéines, de lactose, d’enzymes et de substances anti-infectieuses, il s’enrichit ensuite d’acides gras et de caséine afin de rassasier votre bébé.


Un système immunitaire renforcé par l’allaitement

Adorable petit pied de bébé

De nombreuses études ont mis en évidence que les bébés allaités ont dix fois moins de risques d’être hospitalisés au cours de leur première année que les bébés nourris artificiellement et cinq fois moins de risque d’être touchés par des gastro-entérites.

L’allaitement apporte également une protection significative contre les affections respiratoires telles que les otites, rhino-pharyngites, angines, laryngites et bronchiolites. Les bébés allaités présentent également moins de risque de développer des maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn et ont souvent moins d’eczéma.

Loin d’être un miracle, cette protection est tout simplement la conséquence logique des qualités irremplaçables du lait maternel pour renforcer les défenses immunitaires du nourrisson :

La transmission d’anticorps

Le principe est simple : en allaitant, la maman transmet ses propres anticorps à son bébé, les IgA (immunoglobulines A). Le colostrum, ce précieux liquide que le bébé tête les trois premiers jours de sa vie, en est particulièrement chargé. De plus les IgA rendent la muqueuse intestinale du nouveau-né imperméable aux agents infectieux. Les tubercules de Montgomery (petites glandes en relief sous l’aréole du sein) participent aussi à cette immunité en secrétant une substance bactéricide qui est consommée en même temps que le lait.

Une flore intestinale bien ensemencée

Bébé heureux aux yeux bleus

Dès la naissance d’un enfant, son tube digestif qui était stérile dans le ventre de sa mère, va se peupler de bactéries, la fameuse flore intestinale. Cette flore intestinale, ou microbiote, participe à la digestion, au métabolisme et à l’immunité. Lorsqu’elle est altérée, des pathologies peuvent plus facilement faire leur apparition, comme une candidose chronique, des maladies allergiques, métaboliques (diabète, obésité) ou auto-immunes (maladies inflammatoires de l’intestin). On sait que la composition de la flore intestinale des enfants allaités au sein diffère de celle de personnes nourries au biberon, même à l’âge adulte.

L’alimentation est un facteur essentiel qui va façonner la flore intestinale du bébé. En effet, le lait maternel n’est pas stérile et la flore bactérienne qu’il héberge contribue à structurer le microbiote intestinal du nourrisson. C’est un véritable transfert de bactéries qui s’opère alors et qui permet d’ensemencer le microbiote.

Dans leur premier mois de vie, jusqu’à 40 % des bactéries du microbiote intestinal des nourrissons allaités au sein sont issues du lait et de la peau de leur mère. A l’inverse, l’introduction d’une alimentation solide avant 6 mois entraîne une évolution prématurée de leur microbiote. Par ailleurs, la diversité bactérienne dépend de la quantité de lait bue, même après introduction d’une alimentation solide.

D’après une étude de l’université d’Helsinki, les bébés allaités au sein pendant au moins six mois présentent moins de bactéries résistantes aux antibiotiques dans l’intestin que des nourrissons nourris au sein pendant une période plus courte ou pas du tout allaités. L’allaitement semble donc protéger les bébés de ces bactéries. L’étude a conclu que les sucres présents dans le lait maternel nourrissent les “bonnes bactéries”, agissant ainsi comme des probiotiques en empêchant la prolifération des bactéries résistantes aux antibiotiques chez ces bébés allaités.

Par ailleurs, plus l’allaitement est long et plus le risque d’allergies chez l’enfant diminue. A plus long terme, il diminue les risques d’obésité, de cancer et de diabète infantiles.


Des moments intenses mère-enfant

Allaitement maternel

L’allaitement est aussi une façon merveilleuse de poser les jalons d’une relation intense avec son bébé. Nourriture affective par excellence (peau à peau, odeur, chaleur, battements de cœur, regards…) l’allaitement apporte à l’enfant une sécurité émotionnelle unique potentiellement garante d’un bon équilibre psychologique et affectif à l’âge adulte.

Et c’est aussi le moyen le plus efficace jamais trouvé pour apaiser et rassurer un nourrisson !

Ainsi, le lait maternel peut rester l’aliment principal jusqu’au premier anniversaire de votre enfant, après une introduction des aliments solides vers la moitié de sa première année. L’idéal est d’allaiter exclusivement pendant 6 mois, mais continuer pendant un à deux ans est vraiment un magnifique cadeau pour lui, comme pour vous !


Les bienfaits de l’allaitement pour vous-même

Petits coeurs

L’allaitement pour récupérer plus vite de l’accouchement

L’allaitement permet aussi à la maman de se remettre plus rapidement de l’accouchement. Il permet notamment de :

  • Réduire le risque d’hémorragies post-partum grâce aux contractions utérines provoquées par les tétées précoces.
  • Avoir un ventre qui dégonfle plus vite.
  • Retrouver plus rapidement son poids de forme : l’allaitement permet, mine de rien, de brûler jusqu’à 600 calories par jour !
  • Réduire le baby-blues grâce aux endorphines sécrétées pendant les tétées et apportant une sensation de bonheur et de plénitude.

Moins de risques de cancer ou d’ostéoporose

Allaiter, c’est aussi avoir deux fois de risque de développer un cancer du sein ou des ovaires. Les femmes qui allaitent ont également moins de risque de faire de l’ostéoporose. En effet, la régénération de nos stocks de calcium dans les os pendant la période où on allaite va nous permettre d’avoir des os encore plus solides qu’avant ! L’allaitement jouerait également un rôle préventif pour les infections urinaires et l’endométriose.


Des avantages pratiques indéniables !

Allaiter est si pratique quand votre temps devient précieux après la naissance de votre bébé ! Pas de biberons à préparer, à réchauffer, à nettoyer, à stériliser… Votre lait, lui, est toujours disponible, frais, à la bonne température et au bon dosage. Du temps gagné pour prendre soin de vous et vous reposer.

De plus, allaiter est gratuit ! En comparaison avec le coût moyen d’une année de boîtes de lait maternisé et de tout le matériel qui va avec, c’est 700 à 800 € d’économies. Sans compter les frais médicaux évités grâce à une meilleure santé de votre bébé et de vous-même.


Bébé qui joue dehors

Le lait maternel nourrit l’enfant de manière idéale tout en le protégeant des infections. Il permet également son développement psychomoteur optimum. L’allaitement apporte ainsi beaucoup de bien-être au bébé, bien sûr, mais donne aussi à la maman santé et plénitude !


Sources

  • Attendre son bébé autrement – Catherine Piraud-Rouet et Emmanuelle Sampers-Gendre – Éditions La Plage
  • Aimin Chen, MD, PhD and Walter J. Rogan, MD. – Breastfeading and the risk of post neonatal death in the United States. – Pediatrics, Vol. 113, n°5, May 2004.
  • Pia S. Pannaraj et al. – Association Between Breast Milk Bacterial Communities and Establishment and Development of the Infant Gut Microbiome.– Jama Pediatr. Published online May 8, 2017.
  • Pärnänen K, Karkman A, Hultman J, Lyra C, Bengtsson-Palme J, Larsson DGJ, et al. Maternal gut and breast milk microbiota affect infant gut antibiotic resistome and mobile genetic elements. Nature Communications. 24 sept 2018.
Emmanuelle

Vous aimerez aussi :

Soutenir son immunité avec la naturopathie
L'huile essentielle de Rose, de l'amour en flacon !
Les produits laitiers, amis ou ennemis ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Test d'auto-diagnostic de la candidose